Portrait : Amédi Camara, ministre de l’Environnement et du développement durable

jeu, 10/01/2019 - 22:32

Il est présentement l’un des plus anciens ministres du gouvernement, ce qui dénote de la confiance que lui accorde le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz. Il, c’est le ministre de l’Environnement et du Développement durable, M. Amédi Camara. Natif de Dafort (Guidimagha), il est tout aussi un « fils » de Nouakchott ayant grandi entre Ilot C et les blocs, ce qui se voit clairement dans son cosmopolitisme et ses relations avec tous les citoyens, sans distinction de races, de régions ou d’autres choses qui ne soient cette « mauritanité » à laquelle des centaines de milliers de Nouakchottois ont affirmé leur appartenance, hier, lors de la marche historique contre la haine et le racisme.

Le ministre de l’Environnement et du développement durable, détenteur d’un master spécialisé en management aéroportuaire, accomplit, depuis son passage du ministère des Finances à celui de l’Environnement, de bonnes choses, en conformité avec les programmes du président de la République et la feuille de route dont son ministère a été chargé.

Parmi les grands projets qui aujourd’hui font la fierté des responsables du département de l’environnement figure, en bonne place, celui de la Grande Muraille Verte, à travers l’Agence nationale éponyme que dirige, avec brio, Sidi Mohamed Lehlou.

Grace à la bonne implication de l’Agence nationale de la Grande Muraille verte dans ce projet regroupant 11 pays africains (Mauritanie, Mali, Niger, Sénégal, Soudan, Burkina Faso, Tchad, Djibouti, Niger, Nigeria, Erythrée, Ethiopie), notre pays est un élément moteur, tout comme il l’est dans l’OMVS, le G5 Sahel ou encore le CILSS. Qu’il s’agisse de la conférence des chefs d’Etat, du conseil des ministres de l’Agence ou des Comités techniques d’experts, la Mauritanie a toujours prouvé son leadership parce que le ministre de l’Environnement, et le directeur de l’ANGMV prennent à cœur la réussite de ce projet dont le président mauritanien est l’un des porteurs clés.

En Mauritanie, la Grande Muraille Verte passe par 6 wilayas (15 moughataas) sur un tracé de 1100 km. L’Etat a déjà consenti un financement de 3.400.000 MRU dans des actions à fort impact socioéconomique profitant à plus de 400.000 citoyens.

 

Actualités